Navigation – Plan du site
III. D'une fertile présence

Du cochon pour les morts

Claudine Fabre-Vassas
p. 181-214

Résumés

Le 17 janvier, en Andorre, on célèbre la Saint-Antoine par les encants, la mise aux enchères de morceaux de cochon dont le produit, converti en messes, est destiné aux âmes du purgatoire. Cérémonie de large diffusion fondée sur les qualités médiatrices du saint et du cochon qui circulent entre ce monde et l'au-delà. Un morceau particulier -- le pied -- prend ce jour-là plus de valeur : cette part est consacrée au saint et aux morts et les petits garçons y prélèvent un os pour en faire un rhombe, réceptacle explicite de la voix des défunts. Mais ce petit os que l'on doit préserver est aussi une semence de résurrection qui, là encore, trouve origine et justification dans la vie de saint Antoine ermite, fondateur mythique de l'ensevelissement chrétien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Fabre-Vassas, « Du cochon pour les morts », Études rurales, 105-106 | 1987, 181-214.

Référence électronique

Claudine Fabre-Vassas, « Du cochon pour les morts », Études rurales [En ligne], 105-106 | 1987, mis en ligne le 01 octobre 2003, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/1001

Haut de page

Auteur

Claudine Fabre-Vassas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org