Navigation – Plan du site

La lèpre, actrice de la construction de l’empire éthiopien au xxe siècle

Leprosy: an actor in the construction of the Ethiopian Empire in the 20th century
Vanessa Pedrotti
p. 93-112

Résumés

En 1901, la première léproserie éthiopienne voit le jour à Harar sous le nom de « Saint-Antoine ». Cette initia­tive missionnaire, consolidée par la présence du docteur Jean Féron, marque le point de départ d’une nouvelle conception de la maladie. Au lieu d’une punition divine, la lèpre est perçue comme une maladie et, progressive­ment, elle devient une priorité publique nationale. Mis­sionnaire, médecin de la léproserie ou représentant de l’État éthiopien, chacun construit sa distinction entre un environnement sain ou malsain. Pourtant, si les diffé­rents protagonistes s’attribuent la légitimité de gérer la lèpre, c’est à la maladie que revient la place d’actrice principale tant elle sert et révèle à la fois les enjeux environnementaux, nationaux et impériaux. Ainsi, inter­roger la manière dont la lèpre a été pensée, gérée et institutionnalisée au cours du XXe siècle éthiopien per­met d’apporter un nouveau regard sur le processus de modernisation étatique dans lequel Hailé Sélassié Ier avait décidé d’ancrer l’Éthiopie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La lèpre : une affaire missionnaire
La lèpre : une affaire médicale
La lèpre : une affaire d’État
Conclusion

Aperçu du texte

Aux yeux des observateurs étran­gers, l’Éthiopie est considérablement affectée, depuis l’époque moderne, par la lèpre. C’est ce que rapportent Francisco Álvares au XVIe siècle, Nathaniel Pearce au XIXe siècle ou encore Paul Mérab au XXe siècle, ce dernier estimant à plus de 30 000 le nombre de personnes affectées [Pankhurst 2007 : 549-550]. Aussi, depuis la fin du XIXe siècle, missionnaires et médecins trouvent à travers la figure du lépreux la raison de leur présence sur le sol éthiopien. Apportant avec eux concep­tions et savoirs sur la maladie, ils vont contri­buer en l’espace de cinquante ans à placer la lèpre au centre des préoccupations nationales.

Le seul mot « lèpre » provoque, encore aujourd’hui, un sentiment de peur, hérité de littératures religieuses, philosophiques ou médi­cales relativement anciennes. Dans le Sushruta Samhita (compilation des traditions médicales de l’Inde écrite VIe siècle avant notre ère), les Histoires d’Hérodote ou encore la Bible, la lèpre est décr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Pedrotti, « La lèpre, actrice de la construction de l’empire éthiopien au xxe siècle », Études rurales, 197 | 2016, 93-112.

Référence électronique

Vanessa Pedrotti, « La lèpre, actrice de la construction de l’empire éthiopien au xxe siècle », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10641

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org