Navigation – Plan du site

Violence et incohérence en milieu naturel : une histoire du parc éthiopien du Semēn

Violence and incoherence in a natural environment: a history of Ethiopia’s Semēn Park
Guillaume Blanc
p. 147-170

Résumés

À travers l’analyse des sources produites des années 1960 au temps présent par les gestionnaires du parc national éthiopien des montagnes du Semēn, cet article retrace les prémices, les tenants puis les aboutissants d’une hybridation institutionnelle née de l’ordonnance­ment transnational d’un paysage « naturel ». D’un côté, les représentants des institutions internationales de la conservation cherchent à sauvegarder le reliquat d’un Éden africain menacé par ses occupants. De l’autre, l’État éthiopien s’approprie cette éthique écologique afin de se faire reconnaître sur la scène internationale, et à travers elle, de mieux s’imposer sur le territoire national. À l’échelle locale, cette gouvernance de la nature se traduit alors par l’exercice d’une violence concrète puis symbolique sur les populations résidentes, coupables de dégrader un « parc national » classé « patri­moine mondial ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Conserver, contrôler et résister (1962-1969)
Association, tension et hybridation institutionnelles (1969-2012)
Violences et résistances (1969-2012)
Conclusion

Aperçu du texte

Les populations du Semēn mènent une vie quotidienne relativement simi­laire à celle qui a cours dans les autres campagnes des hauts plateaux éthiopiens. Associant labour au bœuf et élevage extensif, les occupants du massif pratiquent un agro­pastoralisme de subsistance, lequel est avant tout limité par l’érosion des sols que provoque l’eucalyptus hautement hydrophile et que ren­force une haute consommation domestique en bois. pour pallier ces difficultés, les popu­lations optimisent leurs modes d’exploitation, par le terrassement, la culture sur brûlis ou l’alternance de cultures annuelles et pérennes, et leurs modes d’habitation, par l’usage de bouse séchée ou de paille de blé. Ce faisant, elles façonnent une écologie résiliente où se combinent contraintes du milieu, modes de production et capacité des sociétés humaines à s’adapter aux premières grâce à la maîtrise des seconds. L’encadrement politique de ces « structures socio-écologiques » [Bertrand 1975] est lui aussi similaire à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Blanc, « Violence et incohérence en milieu naturel : une histoire du parc éthiopien du Semēn », Études rurales, 197 | 2016, 147-170.

Référence électronique

Guillaume Blanc, « Violence et incohérence en milieu naturel : une histoire du parc éthiopien du Semēn », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10691

Haut de page

Auteur

Guillaume Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org