Navigation – Plan du site
Chronique

Wylie John, 2015, Paysage. Manières de voir

Arles-Le Méjan, Actes Sud/École nationale supérieure de paysage, 2015, 384 p.
Yves Luginbühl
p. 197-204
Référence(s) :

Wylie John, 2015, Paysage. Manières de voir, Arles-Le Méjan, Actes Sud/École nationale supérieure de paysage, 2015, 384 p. (Traduit de l’anglais par Xavier Carrère)

Texte intégral

1Manières de voir, sous-titre de cet ouvrage définit d’emblée l’orientation de la réflexion de John Wylie, chercheur américain, qui pro­pose une lecture de l’évolution des théories américaines et anglaises du paysage. Champ bibliographique exclusif, à part un chercheur suédois, Kenneth Olwig, qui a séjourné long­temps à Chicago et des philosophes ou socio­logues français, comme Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Gilles Deleuze, René Descartes, Jacques Derrida, Jacques Lacan, Maurice Merleau-Ponty, ou quelques philosophes ou géographes allemands comme Martin Heidegger et Carl Sauer.

2Bibliographie éloquente dans ses choix : aucun géographe français, ni italien, ni espa­gnol, ni belge, ni hollandais... ne fait partie des références invoquées, alors que le propos de l’auteur consiste à exposer les tendances de la géographie culturelle et son attachement au paysage. Aucun anthropologue non plus, ni sociologue spécialiste du paysage, ne vient conforter les théories de l’auteur, alors que les grands champs explorés et analysés en Europe non anglophone ont porté sur cette géographie et interdisciplinarité du paysage depuis les années 1970 au moins. Sans vouloir d’emblée engager le débat sur la grande faiblesse - voire l’absence - de la représentation des spécialistes du paysage en Europe non anglophone dans la littérature américaine sur laquelle nous reviendrons, la première réflexion portera sur le contenu de l’ouvrage et son apport à la connaissance du paysage dans ses dimensions culturelle, politique, idéologique et sociale.

  • 1 Yves Luginbühl, La mise en scène du monde. Construction du paysage européen, Paris, CNRS Édi­tions, (...)

3Le premier apport de cet ouvrage concerne la dimension politique abordée par les auteurs anglo-saxons, que nous avions déjà soulignée dans La mise en scène du monde, Construc­tion du paysage européen1. Les auteurs amé­ricains en particulier, comme Denis Cosgrove, James & Nancy Duncan, ou encore W. J. T. Mitchell, pour n’en citer que quelques-uns. Mais si le premier et le dernier passent par l’intermédiaire de l’analyse des productions picturales de la Renaissance italienne pour mesurer cette dimension politique, les seconds étudient l’effet de la ségrégation sociale dans les politiques d’urbanisme des banlieues de New York, où les riches couches sociales se sont approprié un ancien village à l’architec­ture « traditionnelle » tout en recrutant à leur service des employés latinos relégués dans les quartiers pauvres composés d’immeubles de piètre qualité et fortement dégradés.

4La dimension politique analysée par les pre­miers repose sur la place du pouvoir dans la représentation picturale italienne du Quattro­cento, comme en particulier la célèbre fresque d’Ambrogio Lorenzetti peinte en 1336 dans la salle de la Paix du Palais ducal de Sienne : intitulée Les effets du bon et du mauvais gou­vernement. Cette fresque constitue une véri­table leçon de gouvernance politique où l’on peut voir les figures symboliques du pouvoir et de la bonne gestion politique du territoire rural et urbain de la commune de Sienne : le prince et ses valeurs comme la magnanimité, la justice, la paix, la concorde, etc. Le tableau représente le procès d’individus qui ont contre­venu à la règle commune et sont jugés par l’assemblée des bourgeois. Cette scène est peinte au moment où le gouvernement de Sienne connaît une tension entre les familles de l’aristocratie d’une part et les artisans et les commerçants d’autre part. C’est aussi le moment du passage d’une représentation poli­tique de 24 membres à 9, marquant la reprise en main par les riches familles du pouvoir sur la gouvernance du territoire de Sienne.

5Mais John Wylie n’y fait aucune allusion et surtout ne cite pas le grand spécialiste de cette œuvre picturale, Patrick Boucheron, qui a analysé très finement la signification poli­tique de la fresque et le rapport du politique au paysage, même en l’absence du mot dans la langue italienne de l’époque, ce dernier, paesaggio, apparaissant en 1552.

6Si nous citons cet exemple, c’est parce que Denis Cosgrove fait référence à cette fresque, mais sans analyser le sens politique profond du tableau et renvoie à un article de E. H. Gombrich de 1966 qui traite de la théorie de l’art et du rôle de la vue dans la représentation artistique. C’est d’ailleurs le point principal que développe John Wylie dans son ouvrage : la prédominance du visuel sur tout autre sens humain, dans un premier temps, revenant ensuite au sens du toucher pour montrer que le paysage est une forme de perception met­tant le corps humain en jeu, en référence avec la phénoménologie chère à Heidegger et à Merleau-Ponty. Nous y reviendrons.

7Le sens politique du paysage est, chez Wylie, bien plus un renvoi aux idéologies politiques telles que le capitalisme ou le marxisme, telles qu’elles ont été développées par les auteurs américains déjà cités et par les spécialistes anglais, comme W. G. Hoskins, qui, dans son histoire du paysage anglais, révèle parfaitement la place du capitalisme libéral dans la mise en place des enclo­sures anglaises. Cependant, Wylie estime que Hoskins fait preuve d’une nostalgie à l’égard des paysages antérieurs à la libéralisation de l’économie anglaise et de ses effets sur les paysages ; position relativement discutable pourtant car l’historien britannique montre à quel point la révolution industrielle anglaise bouleverse les paysages des grandes villes minières et sidérurgiques du Royaume, favo­risant l’émergence du modèle esthétique du sublime dans les paysages des usines et des machines à vapeur, des slones où vivent les ouvriers pauvres et soumis à un travail de for­cenés, dans le fog et les fumées ou les bruits fracassants des marteaux pilons.

8S’il marque une désapprobation de cette évolution radicale des paysages industriels, c’est à notre avis davantage par compassion et solidarité à l’égard des ouvriers - anciens paysans chassés de leurs terres par l’instau­ration de la propriété individuelle du sol dont seuls les aristocrates peuvent s’emparer - qu’à l’égard du changement esthétique des paysages. C’est bien en quoi il s’inscrit dans une concep­tion marxiste du paysage. Le paysage consti­tuerait selon Wylie un « voile » qui masque les effets de l’imposition du regard ségré­gationniste des groupes de pouvoir sur les territoires.

9Toujours selon Wylie, la dimension poli­tique prend un autre accent, notamment chez Mitchell, qui associe au paysage les idéologies et stratégies colonialistes et impérialistes : le monde occidental a ainsi imposé aux pays colonisés leurs manières de voir le paysage, comme en témoignent les textes de l’ouvrage collectif de Mitchell où certains auteurs révèlent le regard occidental posé sur les îles du Paci­fique, recomposant la représentation paysa­gère locale par les pays colonisateurs. Cette vision signifie pour Wylie que les auteurs qui se réclament de cette conception du paysage ont arpenté le terrain, qu’ils l’ont touché, habité.

10Matériel : tel est le terme qui définit le paysage dans sa conception marxiste, conforme à la matérialité dialectique de l’idéologie prô­née par Karl Marx. Mais ce qui est surpre­nant, c’est l’absence des géographes français dans ce débat alors que les mêmes spécialistes américains ou anglais de la discipline ont engagé cette réflexion consacrée au sens poli­tique du paysage ; il faut cependant ne pas oublier Emilio Sereni, auteur de l’histoire du paysage italien, marxiste qui fut assassiné par les fascistes de Mussolini pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut précisément le premier géographe et historien à analyser les signifi­cations politiques des œuvres picturales de la Renaissance italienne, mais il n’alla pas jus­qu’au bout de sa démarche. Il n’est pourtant pas cité par Wylie.

11C’est beaucoup plus récemment que les géographes européens non anglophones se sont penchés sur la dimension politique du paysage, vers les années 2000. Dans le même temps, le paysage a acquis un sens de plus en plus partagé par les spécialistes européens, grâce à l’adoption de la Convention Euro­péenne du Paysage par le Conseil de l’Europe qui le définit ainsi : « Partie de territoire telle que perçue par les populations et dont le caractère résulte de l’action de facteurs natu­rels et/ou humains et de leurs interrelations ».

12Cette définition valide les dimensions maté­rielle et immatérielle du paysage. C’est en fait l’accord que la plupart des scientifiques européens ont reconnu dans ce texte. Il est clair que le paysage est ainsi devenu à la fois un objet matériel et un objet perçu par les individus, et en quelque sorte le résultat de l’interaction entre des processus biophysiques et des processus sociaux. La matérialité du paysage a nourri un débat parfois polémique en France en particulier, mais pas seulement, puisque John Wylie en fait l’un des thèmes principaux d’un chapitre de son ouvrage. La matérialité a en effet été décriée par les parti­sans d’un « paysage-regard », relation sensible de l’homme avec ce qui l’entoure sans que cet environnement matériel n’ait de valeur réelle : seul compte le regard. Débat qui a pris fin avec la définition du paysage dans la Conven­tion Européenne du Paysage.

13La dimension politique du paysage a fina­lement été analysée récemment en Europe avec l’émergence des expériences de démocratie participative et notamment en France avec les programmes de recherche du ministère en charge des questions environnementales : « Paysage et développement durable » de 1998 à 2005 et de 2005 à 2014. De nom­breuses publications ont eu lieu en Europe sur cette question, qui n’apparaissent pas dans la bibliographie de John Wylie. Le Conseil de l’Europe a aussi publié un rapport sur la démocratie et le paysage en 2015.

14L’auteur américain évoque également une expression qui relève du même débat séman­tique : « faire paysage » a été en Europe, comme aux États-Unis ou en Angleterre, un objet de discussion important. En France, les adeptes du courant culturaliste ont souvent usé et abusé de cette expression selon laquelle un espace concret ne peut devenir paysage que par l’intermédiaire d’objets symboliques comme le soutient Augustin Berque. Tout ter­ritoire n’est pas paysage s’il ne passe pas par cette forme de reconnaissance sensible qui lui confère ce statut grâce à un élément singulier de valeur symbolique, esthétique ou affective. Cependant, cette expression semble bien avoir été abandonnée depuis que le paysage est reconnu comme couvrant tous les territoires.

15Cette conception qui semble être répandue chez les auteurs américains ou anglais a été critiquée par des spécialistes qui ont revendi­qué la pertinence du paysage vernaculaire que John Wylie évoque avec les travaux de John Brinckerhoff Jackson. Paysage vernaculaire devenu dans les années 2000 paysage du quo­tidien, pourtant évoqué dès 1968 par un pay­sagiste français, Pierre Dauvergne, dans une étude sur les paysages du Val de Loire, et un peu plus tard par nous-mêmes dans notre thèse de doctorat (1981) sur les paysages de la montagne beaunoise consacrée aux valeurs attribuées par les habitants à leur cadre de vie et d’autres articles. Ce paysage vernaculaire a d’ailleurs été assimilé au paysage lui-même et inscrit dans le champ d’application de la Convention Européenne du Paysage (article 5 : « Elle concerne, tant les paysages pouvant être considérés comme remarquables, que les pay­sages du quotidien et les paysages dégradés »).

16Plus novatrice est l’idée que le paysage est inégalement partagé selon le genre humain. Se référant aux travaux de G. Rose, il les cite ainsi : « [...] la vision du paysage-texte est une tentative de déni par rapport au phallocen­trisme du regard géographique, tout en éta­blissant une masculinité spécifique comme norme par laquelle accéder à la connaissance visuelle ». Le paysage apparaîtrait souvent « en termes de corps féminin et de beauté de la nature » (p. 134), relation sans doute appa­rentée à une tradition mythologique occiden­tale identifiant l’image de la « terre » avec celle de la « mère », à travers des figures de temps cyclique et de fécondité (référence à Plumwood, 1993). Selon John Wylie, le corps­paysage féminin constitue un terrain métapho­rique du désir. La métaphore est transparente dans le cas du voyage d’exploration des Européens dans un espace non européen, où, de façon récurrente, « les femmes représentent le pays attirant, séduisant, à explorer, carto- graphier, pénétrer, connaître » (Rose, p. 93). On pourrait en effet évoquer la figure du pay­sage de la Loire représentant un corps dénudé de femme allongée le long du fleuve par Max Ernst ou la sculpture géante d’une femme nue de Michel Audiard qui a fait polémique lors du projet de son installation à Tours.

17John Wylie consacre de nombreuses pages à la relation entre l’habiter et le paysage : dans quelle mesure habitons-nous le paysage. C’est l’occasion de se référer à des auteurs anglophones qui se prêtent à une interpréta­tion de cette relation et qui placent l’habitation au cœur du paysage ; mais une fois de plus, il n’y a aucune référence aux auteurs français qui ont pourtant depuis plus de 15 ans au moins développé des réflexions et analyses sur les modes d’habiter. Cependant, les réflexions sur les modes d’habiter ont moins concerné le paysage que les territoires ou la nature.

18Les évocations antérieures sur la place du corps humain et les sens dans leurs relations au paysage occupent une place centrale dans l’ouvrage du géographe américain. Elles lui permettent de consacrer l’essentiel de son livre à la phénoménologie du paysage et ses cri­tiques : faisant référence aux philosophes fran­çais déjà mentionnés, l’auteur place en effet la corporéité dans l’ensemble des relations humaines au paysage. S’il note que la vision est prédominante dans les perceptions sociales du paysage, il donne également au sens du toucher une place importante : nous touchons le paysage comme il nous touche. Mais il ne fait aucune référence aux nombreux travaux français qui, depuis longtemps, ont exploré le sens tactile, comme ceux de Bernard Lassus, qui définit une échelle tactile du paysage (pourtant publié aux États-Unis et en langue anglaise). Ni ceux d’autres chercheurs qui étendent les perceptions à l’ensemble des sens, ouïe, olfaction, goût. Cette place des sens humains dans les perceptions paysagères a d’ailleurs fait l’objet de publications sur le bien-être et le paysage où ils jouent un rôle essentiel pour la satisfaction de l’être humain.

19Ceci dit, si John Wylie s’inscrit délibéré­ment dans la phénoménologie du paysage, il en propose des critiques et notamment celle de leur trop grand centrage sur l’individu et une certaine forme de romantisme. C’est l’occasion pour lui de proposer divers concepts, comme celui de la performance, à travers cer­taines formes d’expression artistique, le Land Art par exemple, ou celui de corporéité, déjà cité ou de corps vécu, emprunté à Maurice Merleau-Ponty, grand adepte de la phéno­ménologie du paysage. Mais en entrant dans cette catégorie de l’analyse scientifique, John Wylie en profite pour revenir à la spécificité européenne de la méthode scientifique, cen­trée sur le cartésianisme et s’en prend aux fondements de la rationalité scientifique de la connaissance. Celle-ci est un obstacle à l’expli­citation de notre vision du monde.

20Pour John Wylie, le fondateur de la phéno­ménologie moderne, Edmund Husserl, conteste cette conception de la subjectivité et du monde extérieur, ce qu’il dénomme « attitude natu­relle » au « fondement de la plupart des proto­coles de la pratique scientifique occidentale, notamment par son postulat d’une réalité extérieure objective, susceptible de mesure et de description exactes. De même, l’invention, par la perspective, du paysage “manière de voir” peut apparaître comme un autre moment de bascule dans l’évolution du sentiment moderne de soi en Occident. Mais l’origine la plus généralement reconnue de l’épistémo­logie spectatorielle est la philosophie de René Descartes, née presque deux cents ans après l’avènement de la perspective » (p. 223).

21Se référant au philosophe français, il le cite ainsi : « je penserai que le ciel, l’air, la terre, les couleurs, les figures, les sons et toutes les choses extérieures que nous voyons, ne sont que des illusions et tromperies ». Il s’ensuit donc une série d’oppositions binaires et de dualités décisives : vision/toucher, pensée/ sens, esprit/corps, sujet/objet, dedans/dehors, culture/nature. Oppositions que la phénoméno­logie réfute catégoriquement comme Merleau- Ponty pour « mettre à l’honneur la nature indéfectiblement corporelle de l’être humain, de la connaissance de l’expérience et de la perception » (p. 226). Le projet de Merleau- Ponty est donc, pour John Wylie, par essence anticartésien.

22L’opposition sujet/objet est précisément le thème central des réflexions des géographes et philosophes français dans les années 1990 et 2000, comme Augustin Berque ou Edgar Morin, pour lesquels la science moderne a résolument séparé le sujet et l’objet, alors que la pensée complexe et en particulier les rela­tions sociétés/natures sont au centre des inter­actions entre sujet et objet (auteurs non cités dans l’ouvrage). Pour Merleau-Ponty, il n’y a pas de séparation entre le sujet et l’objet : « Et finalement, loin que mon corps ne soit pour moi qu’un fragment de l’espace, il n’y aurait pas pour moi d’espace si je n’avais pas de corps ». Ce à quoi adhère John Wylie en affir­mant que « l’être humain, être incarné, est de par sa corporéité, à jamais ancré dans le monde visible. La vision incarnée du sujet individuel est précisément, un point de vue particulier à l’intérieur du monde - non pas un regard porté de l’extérieur » (p. 229). Pour suivre dans cette voie, John Wylie se réfère à Tim Ingold qui décrit le paysage comme manières de voir et lui oppose une concep­tion fondée aussi bien sur la phénoméno­logie que sur la psychologie de l’écologie et l’anthropologie.

23Nous n’irons pas plus loin dans cette ana­lyse de la place de la phénoménologie dans la géographie culturelle du paysage. Notons cependant que les apports de celle-ci se sont confrontés aux avancées de l’interdisciplina­rité mise en œuvre en Europe non anglophone qui ont bien remis en cause l’opposition sujet/ objet et ont proposé de raisonner sur les inter­actions entre ces deux termes, tout en recon­naissant la double dimension matérielle et immatérielle du paysage.

24Pour conclure, l’auteur américain tente de faire de la prospective en évoquant les sujets qui, à son avis, peuvent émerger comme thèmes majeurs dans l’avenir : justice et pay­sage, conflit, loi, identité, mémoire, sujets qui ont en effet commencé à surgir en Europe chez de nombreux spécialistes. Et en particu­lier tout ce qui a trait à la justice environne­mentale, même si la question de la relation justice/paysage n’a pas fait encore l’objet de nombreuses analyses.

25Il reste une question pratiquement pas abor­dée par John Wylie, celle de la relation entre paysage et biodiversité : s’il évoque la nature, il ne traite pas des nombreuses réflexions qui se sont développées en Europe et ailleurs sur cette question pourtant fondamentale, la bio­diversité ayant un poids bien plus important que le paysage dans les enjeux planétaires et nationaux. Et pourtant, comme certains spécia­listes européens le font remarquer, l’approche de la biodiversité par le paysage a un carac­tère fortement heuristique, permettant un raisonnement qui porte sur l’ensemble des territoires et non uniquement sur les corridors de flux d’espèces et les mosaïques de taches éparpillées dans l’espace. Car l’enjeu est bien de saisir l’ensemble des flux sur la totalité de l’espace biophysique transformé par les acti­vités humaines.

26Pour conclure sur cet ouvrage de John Wylie, il apporte, dans sa propre cohérence, de nombreuses réflexions utiles pour les démarches paysagères et constitue une mine de références bibliographiques anglophones. Malheureusement, il ne fait aucune mention des géographes, sociologues, historiens et anthropologues notamment non anglophones qui ont pourtant apporté de nombreuses avan­cées sur le paysage dans les dernières décen­nies. Il faut dire que les auteurs européens non anglophones ne publient pas suffisamment dans la langue anglaise et que les éditeurs européens de pays non anglophones ne les aident pas assez pour publier leurs ouvrages et autres publications chez des éditeurs anglais ou amé­ricains, les Anglais ayant tendance à préserver leurs auteurs propres en refusant souvent la publication de textes français, italiens, espa­gnols et autres dans l’univers anglo-saxon. Certains éditeurs européens vont d’ailleurs dans le sens de la domination des auteurs anglo-saxons en les faisant traduire et en les publiant en France, comme c’est le cas pour John Wylie et la collection Actes Sud/ENSP est coutumière du fait, malheureusement, alors qu’elle pourrait aussi aider les auteurs non anglophones à publier en langue anglaise.

27Il est donc essentiel d’alerter les institutions concernées pour aider les auteurs à publier en langue anglaise. Certes le Centre National du Livre en France apporte une aide à la traduc­tion des ouvrages, mais cette assistance est loin d’être suffisante : c’est une véritable poli­tique et stratégie éditoriale qui est nécessaire de la part des institutions comme le ministère chargé de l’écologie en France par exemple. Les coûts de publication ne sont pourtant pas exorbitants. Le contexte budgétaire n’est pas favorable, mais les institutions européennes pourraient aussi contribuer à faire connaître les publications européennes non anglophones dans le monde. La science ne peut se satisfaire de la pensée unique américaine ou anglaise, elle peut instaurer un dialogue fécond entre chercheurs américains, anglais et d’autres natio­nalités, c’est de son avenir dont il s’agit, à l’échelle planétaire.

Haut de page

Notes

1 Yves Luginbühl, La mise en scène du monde. Construction du paysage européen, Paris, CNRS Édi­tions, 2012, 432 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Luginbühl, « Wylie John, 2015, Paysage. Manières de voir », Études rurales, 197 | 2016, 197-204.

Référence électronique

Yves Luginbühl, « Wylie John, 2015, Paysage. Manières de voir », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10721

Haut de page

Auteur

Yves Luginbühl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org