Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guillaume Blanc, Une histoire environne­mentale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France

Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 319 p.
Clémence Guimont
p. 207-210
Référence(s) :

Guillaume Blanc, Une histoire environne­mentale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France. Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 319 p.

Texte intégral

1Cet essai est tiré de la thèse de Guillaume Blanc, docteur en histoire et spécialiste de l’histoire environnementale. À partir d’une analyse comparée entre trois parcs nationaux - les Cévennes en France, les Forillons au Québec et le Simien Mountains National Park en Éthiopie - l’auteur propose une réflexion sur la façon dont les États produisent un dis­cours sur la nature. Ce discours est chargé de valeurs idéologiques. Il se construit en dépit de rapports de force propres aux populations locales et au pouvoir politique. Bien que chaque État produise un discours spécifique, il y a une généalogie commune. Ainsi, ils patrimonia- lisent la nature, c’est-à-dire l’historicisent et mettent en exergue des paysages ou des espèces locales qui deviennent autant d’éléments déter­minants des traits distinctifs d’une culture et d’une histoire territoriales.

2Cette construction de la nature permet à l’ordre politique de justifier une orientation nationaliste de son discours. Il valorise une « nature » spécifique, qui caractériserait en partie la singularité de l’identité nationale. L’idéologie nationaliste qui en résulte se carac­térise par l’affirmation de la suprématie de l’in­térêt général, incarnée dans le maintien d’un patrimoine naturel réinventé, au détriment même, parfois, de l’intérêt de communautés locales, comme les sociétés pastorales.

3Guillaume Blanc contribue ainsi à une compréhension historique de la construction de ces parcs, en s’appuyant sur les registres sociologique et politique, qui interrogent les interactions entre les projets humains et les spécificités écologiques de ces territoires. Il met en évidence de façon convaincante l’importance d’une réflexion sur la place de l’Homme dans la nature et sur les notions de patrimonialisation de la nature et de nationalisme.

4Grâce à une analyse fouillée des archives des administrations de ces trois parcs, soit un corpus de plus de 35 000 pages, l’auteur démontre comment les États administrent un espace naturel à partir d’objectifs politiques. Pour ces États, il s’agit de rallier l’ensemble des populations à la préservation d’une nature, réinventée par les pouvoirs publics. Ainsi, les parcs nationaux sont davantage, pour l’auteur, des produits issus d’une construction humaine et politique.

5Le travail comparatif met en évidence la reproduction de ces mêmes mécanismes poli­tiques d’invention de la spécificité des espaces naturels, malgré les particularités de chacun de ces territoires, résultant d’histoires singu­lières, de pratiques sociales différentes, de la diversité des paysages et des espèces endé­miques. La comparaison éclaire le travail d’ad­ministration de la nature notamment à partir d’une rationalité moderne qui s’impose comme référentiel de la construction des parcs.

6Le premier chapitre est centré sur « la maté­rialisation naturelle d’une culture nationale ». L’auteur décrit comment les États construisent un « ordre naturel et social » qui désigne comment la nature est produite par les ges­tionnaires, non pas pour protéger l’environne­ment en tant que tel mais pour maintenir une nature stable afin de satisfaire les exigences du politique. La production de cet ordre s’appuie notamment sur l’expertise scientifique, au double statut. Elle permet de construire la frontière du parc mais aussi de cautionner l’élaboration d’une culture politique de ces territoires.

  • 1 Nous invitons le lecteur à se reporter au numéro d’Études rurales, 2015/1, no 195 sur les inventair (...)

7Les scientifiques mènent ainsi les inven­taires des espèces présentes sur le territoire du parc. Ils déterminent les populations animales à surveiller et à réguler pour maintenir la nature telle qu’elle est et sans tenir compte de ses possibles évolutions1. Ce travail de gestion de la nature construit l’image d’une « nature sauvage » qui acquiert une réelle existence dès lors que le pouvoir politique la valide en lui conférant une identité singulière.

8Ainsi, le pouvoir politique éthiopien accli­mate une vision occidentale de la nature, intacte et préservée des humains. Cela mène l’État éthiopien à une lutte contre l’occupation humaine via des politiques violentes d’expul­sion et de resettlement, alors que ces popu­lations autochtones coexistaient depuis des siècles avec la nature.

9Dans les Cévennes, les gestionnaires main­tiennent des forêts, restaurent des châtaigneraies et réintroduisent le tétras-lyre pour maintenir une nature correspondant aux images ances­trales en excluant l’Homme du paysage. Dès lors, le travail bureaucratique mis en place par les trois États témoigne de cette politique nationale, par une gestion rationalisée, par la nomination d’administrateurs et de ges­tionnaires ou bien encore par les moyens financiers alloués. L’espace national est ainsi façonné par ce travail d’identification et de délimitation de ce que peut représenter la valeur d’une « nature sauvage ».

10Les paysages de ces parcs, explique G. Blanc dans un deuxième temps, sont vec­teurs « de la diffusion d’un certain rapport social à la nature et à la nation » (p. 87). Les gestionnaires des parcs produisent un discours sur la nature qui lui donne un aspect constitu­tif de l’identité nationale. Le politique fabrique des territoires de mémoires et d’identités col­lectives en faisant voir ce que l’auteur qualifie de « permanence paysagère », c’est-à-dire une permanence entre l’écologie et l’ethnologie, entre la nature et l’identité des sociétés. Un discours sur la nature s’élabore progressive­ment, en la chargeant d’une charge nostal­gique : cette nature héritée de nos ancêtres, dont nous devons prendre soin, comme un héritage. Le parc, dépositaire de cette mémoire, est chargé de maintenir cette identité passée, à la fois intacte et intemporelle, qui consti­tue « l’identité naturelle d’une nation ». Ce nationalisme est défini dans la lignée d’Eric Hobsbawm, comme une réponse politique à la désorganisation sociale, qui passe ici par une instrumentalisation politique de la nature. Le lecteur pourra toutefois regretter la rapidité de la démonstration du passage d’un discours territorial sur la nature à son élargissement en un discours national.

11Dans un troisième chapitre, l’auteur décrit comment ce discours politique uniformisé, qui fait de la nature un élément de l’identité nationale, occulte cependant la multiplicité de représentations des liens entre les hommes et la nature, les débats sur la place des hommes dans les parcs et sur la conservation des espaces. Alors que les habitants du parc entre­tiennent une relation dynamique avec la nature, notamment par le biais de la chasse, de la pêche et de l’agriculture, l’État central édicte que la nature du parc doit être invariante. Une telle orientation génère des conflits territoriaux, qui peuvent aboutir à des violences sociales. Le cas de figure se produit dans les trois parcs étudiés, avec une situation plus dramatique dans le cas éthiopien, puisque les expulsions sont réalisées par la force.

12Ainsi, le parc national répond à un objectif proprement politique, participer à la construc­tion d’une identité nationale, parfois même nationaliste selon les époques. Celle-ci est cependant mouvante et les États définissent constamment ce qu’ils vont nommer nature. Guillaume Blanc décompose cette instrumen­talisation politique. Elle se fait d’abord par un processus de patrimonialisation, c’est-à-dire d’intégration de la nature à l’identité territo­riale, puis par un discours où les parcs appa­raissent comme un espace privilégié de ce que l’auteur qualifie de « narration nationale ». Cette idée de patrimoine commun permet au politique d’intégrer les différences et de dépasser les temporalités courtes des conflits pour construire une identité partagée immuable et invariante.

13Dans le cas de l’Éthiopie, la patrimonia­lisation est une façon pour l’État d’assurer la reconnaissance internationale du pays. L’em­pereur Hailé Sélassié, décédé en 1974, laisse la communauté internationale, via les orga­nismes comme l’UNESCO ou l’Union Inter­nationale pour la Conservation de la Nature (UICN), inventer une nature sur le territoire éthiopien. Il justifie par-là ses politiques de répression des rebelles qui font un usage dif­férent de la nature dans les parcs. Dans les trois parcs, le même phénomène se produit. Le patrimoine construit passe pour naturel et unifiant et devient, ainsi, un lieu de mémoire et d’union nationale.

14Enfin, dans un cinquième et dernier cha­pitre, l’auteur explique la manière dont le parc devient un appareil coercitif au niveau natio­nal et au niveau local. En effet, alors qu’il crée un sentiment d’appartenance à la nation, il oblige au respect par les locaux de la mise aux normes de l’espace par les pouvoirs publics. En Éthiopie, le parc devient un espace de vio­lence jusque dans les années 2000, avec une criminalisation des populations locales qui ne comprennent pas ce « cadre écologique » qui leur est imposé par les organismes internatio­naux tels que l’UNESCO ou l’UICN.

15Aujourd’hui les choses changent. Par ces politiques d’expulsion des populations et de lutte contre leurs pratiques culturelles, l’admi­nistration du parc a provoqué une déstructura­tion identitaire et une désorganisation sociale des communautés locales, qui en viennent à mendier l’aide aux touristes et à rejeter les traditions des chasseurs et agriculteurs.

16Aux Forillons et dans les Cévennes, il s’agit aussi d’une négociation permanente entre les gestionnaires des parcs et les chas­seurs et pêcheurs, notamment pour que ceux- ci s’adaptent aux règles d’usage des ressources naturelles édictées par les pouvoirs publics.

17Par cet ouvrage, l’auteur s’inscrit dans la lignée des humanités environnementales, plus particulièrement de l’histoire environnementale.

18Ce courant des sciences humaines et sociales tente de comprendre les interdépendances entre nature et sociétés et il analyse à la fois les influences des hommes sur la nature et de la nature sur les hommes. L’ouvrage analyse de façon pleinement convaincante la domination du politique sur la nature, qui la renie pour ce qu’elle est mais en fait un outil politique au service d’une idéologie.

19On aurait aimé en savoir plus sur la façon dont le politique inscrit son action dans un cadre environnemental avec lequel il ne peut pas toujours négocier. La nature peut-elle résister ou obliger le politique à prendre certaines inflexions ? Bien qu’il y ait d’après nous des passages trop rapides sur l’influence de la matérialité écologique sur les décisions publiques, cet ouvrage apporte une contribu­tion notable aux humanités environnementales et il mérite toute notre attention.

Haut de page

Notes

1 Nous invitons le lecteur à se reporter au numéro d’Études rurales, 2015/1, no 195 sur les inventaires naturalistes, qui démontre bien la dimension politique des inventaires et leur influence sur la mise en ordre du vivant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Guimont, « Guillaume Blanc, Une histoire environne­mentale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France », Études rurales, 197 | 2016, 207-210.

Référence électronique

Clémence Guimont, « Guillaume Blanc, Une histoire environne­mentale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 04 février 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10723

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org