Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Silvia Pérez-Vitoria, Manifeste pour un XXIe siècle paysan

Arles, Actes Sud, 2015, 192 p.
Fabien Gaveau
p. 215-217
Référence(s) :

Silvia Pérez-Vitoria, Manifeste pour un XXIe siècle paysan. Arles, Actes Sud, 2015, 192 p.

Texte intégral

1Cet essai est dédié « aux paysannes et aux paysans de demain », manière de dire que le futur est ouvert à condition, selon l’auteure, de reconstruire une paysannerie. Économiste, sociologue, femme engagée, Silvia Pérez-Vitoria entend démontrer que les paysans ont une place à reconquérir dans les sociétés où l’agriculture industrialisée semble régner sans partage. Ce livre poursuit la réflexion entre­prise avec Les paysans sont de retour (2005) et La Riposte des paysans (2010).

2Partant de l’idée que la pensée du dévelop­pement débouche sur des destructions sociales et environnementales, l’auteure soutient que la paysannerie doit reconquérir sa place dans l’intérêt de tous. C’est l’enjeu de cet essai où le lecteur suivra les développements d’une thèse chère à l’auteure : le capitalisme libéral globalisé produit plus d’effets négatifs à long terme qu’il ne construit un bonheur partagé. Quatre étapes guident le lecteur, exposant les « colères » de l’auteure, soulignant des « impos­tures », en appelant à des « ruptures » avec les manières de faire et présentant des « dissi­dences » à l’œuvre dans les sociétés.

3Les « colères » naissent de l’attitude des décideurs face aux désordres nés de la pro­motion du « développement ». La marchan­disation de la nature s’est partout introduite. De même, l’accaparement de terres agricoles interroge le devenir de ceux qui en vivaient. Ces terres sont confiées à de grandes firmes ou deviennent le lieu d’une intense extraction destructrice du potentiel agricole. Faut-il privi­légier l’alimentation humaine ou l’approvision­nement des usines, l’agriculture nourricière ou l’industrie ? Telles sont les questions.

4En outre, les héritiers de David Ricardo gagnent toujours plus de terrain malgré les résistances des mouvements sociaux, à toutes les échelles. Ainsi, quelques grandes firmes maîtrisent l’essentiel du marché des intrants agricoles. Leur lobbying est victorieux auprès des institutions publiques des grandes démo­craties marchandes. Il leur assure la maîtrise du marché des semences, la brevetabilité du vivant, l’élaboration des normes de produc­tion au nom de principes faciles à expliquer aux populations : la santé, la qualité. Le champ d’autonomie des paysans s’en trouve réduit. Partout, de larges couches paysannes sont laminées. Le monde agricole lui-même est en tension. Ainsi, en définissant l’agriculteur dans son congrès de 2014, la FNSEA tente en France de faire sortir du champ des aides les paysans dont l’activité est jugée sans valeur.

5Dans ce contexte, l’auteure dénonce les réactions des pouvoirs publics. Le label bio répond à une demande sociale mais plie l’agri­culture biologique à des certifications dont se saisissent les groupes de l’agro-alimentaire et de la distribution, éloignant la démarche bio­logique de ses racines philosophiques et tech­niques. Comment d’ailleurs fournir des produits « bio » standardisés dans les rayons de la dis­tribution sans plier la production à une exi­gence normative pour assurer la sécurité du consommateur et la qualité du produit dans la durée ?

6De même l’agroécologie inspire en France un modèle d’agriculture « écologiquement inten­sive » et pousse à faire du paysan un « ges­tionnaire de la biosphère », fonction écono­miquement évaluable. Le récent intérêt pour l’agriculture familiale développé par l’Union européenne (2013), la FAO (2010), l’ONU (2014), sonne creux quand rien n’est entrepris pour réguler le marché dont la loi a brisé nombre de paysans. Enfin, l’agriculture urbaine n’est qu’un pis-aller sachant qu’en l’état elle ne peut pas répondre au défi alimentaire mondial.

7Des ruptures s’imposent, en premier lieu avec la philosophie du développement dont la matrice occidentale repose sur une croyance dans un progrès qui émancipe l’humanité des limites et des aléas de la nature. Si les physiocrates français présentaient la terre comme source durable des biens utiles à la vie, le libéralisme anglo-saxon a écrasé cette pensée en valorisant le seul génie humain au point où la destruction des écosystèmes n’a pas été considérée dans sa pleine dimension.

8L’économie a beau se présenter comme une manière d’arbitrer l’emploi de biens rares, elle tend toujours à négliger les externalités négatives qui compromettent le maintien des modes de vie. Il faut donc rompre avec cette cécité et au passage avec le mythe du consom­mateur citoyen, ce « consomm’acteur » qui « vote avec son caddy », alors qu’il déambule dans un univers façonné pour le séduire. Redonner sa place au citoyen est un impératif.

9Enfin, l’urgence s’impose de rejeter le mythe d’une science toute puissante, apte à résoudre des problèmes sans fin et pensée supérieure par essence à l’empirisme paysan, jugé archaïque.

10Pour terminer, l’auteure énumère quelques dissidences, encore minoritaires mais suscep­tibles de grandir. La première vise à retrouver des formes d’autonomie en renouant avec des savoirs éprouvés, loin de l’emprise des firmes agro-industrielles, et en réinventant les formes de l’échange, comme les circuits courts. Par­tout, en outre, résister collectivement s’impose. La résistance prend des allures variées dans le monde, comme avec les Zapatistes du Chiapas (Mexique), les paysans du Brésil, les « zadistes » aux actions retentissantes en France.

11La nature de l’ouvrage est d’être un acte militant. Il s’appuie sur l’idée que l’économie actuelle néglige profondément les aspirations des communautés et des individus. Loin de servir le commun, elle incarne le triomphe des intérêts particuliers. Au nom de l’échange, de la production des richesses, les États accom­pagnent un mouvement préjudiciable aux équi­libres sociaux et planétaires.

12L’auteure estime in fine que c’est en re­pensant la paysannerie en lien avec des cir­cuits courts et une maîtrise du fonctionnement des écosystèmes qu’une réelle durabilité est envisageable. Toutefois, le nœud du problème semble se situer actuellement dans les carences des processus démocratiques, illustrées par la manière dont les normes sont définies par des experts - quel rôle pour les élus ? - sous l’in­fluence de lobbies économiques obsédés par la rentabilité à court terme.

13Bref, c’est bien d’un « manifeste » dont il s’agit, appelant à un sursaut d’intelligence collective dans un contexte malgré tout très marqué par l’emprise des lobbies qui envi­sagent fort peu de revoir leur rapport au monde, si ce n’est pour faire un peu plus de green business, c’est-à-dire de business.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Gaveau, « Silvia Pérez-Vitoria, Manifeste pour un XXIe siècle paysan », Études rurales, 197 | 2016, 215-217.

Référence électronique

Fabien Gaveau, « Silvia Pérez-Vitoria, Manifeste pour un XXIe siècle paysan », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 04 février 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10730

Haut de page

Auteur

Fabien Gaveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org