Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marcel Jollivet, Postface de Bruno Villalba, Pour une transition écologique citoyenne

Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2015, 144 p.
Fabien Gaveau
p. 217-218
Référence(s) :

Marcel Jollivet, Postface de Bruno Villalba, Pour une transition écologique citoyenne. Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2015, 144 p.

Texte intégral

1Deux essais composent l’ouvrage né de réflexions du Forum des associations 2011 consacré à « Repenser le développement : la société civile s’engage ». La première partie entend retrouver le « fil d’Ariane » pour com­prendre une société tiraillée entre la promesse d’un avenir tantôt maîtrisé, tantôt compromis par la technique alors que l’anthroposphère est confrontée à des dérèglements d’ampleur.

2L’internationalisation de la question envi­ronnementale dans les années 1970 a des racines anciennes mais disparates dans leur expression. Les États-Unis ont ainsi initié un mouvement de préservation des paysages et des milieux au XIXe siècle, d’inspiration reli­gieuse, romantique, philosophique, puis ont glissé vers une vision utilitariste pour garantir dans la durée des ressources à valoriser. Les débats sur la nature, sur la wilderness, s’y approfondissent dans les années 1970 autour d’auteurs comme Rachel Carson dont la pensée des risques industriels enrichit les anciennes thématiques naturalistes.

3La réflexion française s’ancre de son côté dans la compréhension de la transformation sociale par rapport à un état originel de nature. Marcel Jollivet rappelle cependant que l’idée de préservation se développe depuis le XIXe siècle jusqu’à la synergie souhaitée au début des années 1970 entre les ministères et les instances de la recherche scientifique. L’essor des mouvements « verts », hostiles à un pro­ductivisme ravageur pour l’environnement et la société, pousse l’État à agir.

4Le monde associatif est également moteur. Les connaissances scientifiques plus massive­ment diffusées nourrissent ses initiatives. Ainsi se rencontrent la recherche, la société civile et le politique autour d’une problématique d’envergure, celle de la manière dont l’action humaine produit un cadre de vie durable.

5Quid alors de cette « transition écologique juste » dont l’auteur discute dans la seconde partie ? Le constat des méfaits du développe­ment économique actuel est largement partagé mais comment sortir d’un monde où le primat du financier s’impose à l’économie ?

6L’action associative peut porter un « réfor­misme radical » salvateur en conjuguant tous les niveaux de décision et d’action. L’échelle locale importe comme cadre du quotidien. L’échelle internationale est un niveau per­tinent pour réguler bien des phénomènes. Encore faut-il revitaliser les formes démocra­tiques d’expression et en finir avec des proces­sus décisionnels liés à des experts, des lobbies, des élus qui se vivent au-dessus des citoyens. La démocratie participative et la « citoyenneté associative » formeraient des modes pertinents de fonctionnement de l'espace public.

7Les associations témoignent de leur effi­cacité dans les champs que les instances publiques occupent peu, mal ou à reculons. Elles sont souvent laboratoires d'idées au ser­vice d'un développement solidaire et d'un bien-être « partagé ». À l’échelle mondiale, les associations construisent des forces capables de nourrir des solidarités dans l'égalité là où une vision hiérarchisée du monde pensait d'abord l'aide au développement et l'action humanitaire.

8Marcel Jollivet regrette que le monde de la recherche institutionnelle peine à s'impliquer dans ces logiques. Certes, l’effort d’analyse des concepts au nom desquels la société se mobi­lise demeure essentiel pour lever les ambiguïtés et les malentendus qu'entretiennent des for­mules comme le « développement durable ».

9Au-delà, la synergie entre associations et chercheurs est un levier pour infléchir le poli­tique. Encore faut-il que les disciplines soient plus aptes à penser l'action, notamment en se décloisonnant, et que l'espace démocratique devienne réellement inclusif et participatif.

10La Postface de Bruno Villalba relève le hiatus entre l’idée de repenser la démocratie pour agir et celle du temps de l'action, qui s'impose à un présent dont les rouages démo­cratiques sont ce qu'ils sont. En outre, le pro­cessus participatif questionne, notamment parce que participer aux débats n'implique nulle­ment d'être entendus par ceux qui détiennent les leviers pour agir ! Enfin, nul ne peut faire l'impasse sur la nécessité d'admettre qu'il est des problèmes qui ne se résolvent que par un changement de comportement.

11Ajoutons que le cadre associatif interroge également la représentation de chacun dans l'espace public. En quoi les associations portent-elles une légitimité meilleure que celle confé­rée par un vote ouvert, démocratique ? Le présent semble plus souffrir d'une crise de fonctionnement du politique que d'un désinté­rêt des individus pour le politique.

12Au fond, l'ouvrage plaide pour une refonte de l'action collective dont les germes sont déjà présents. Elle impliquerait l'engagement de chacun dans des formes participatives, avec l'appui de la recherche. Voilà une rupture qui promet d'être rude, notamment pour la re­cherche qui a longuement construit une éthique du surplomb par souci d'objectivité et d'indé­pendance. Le temps semble pourtant venu pour le chercheur de se replacer comme citoyen parmi ses semblables, au cœur de l’espace du débat. Tel est le vœu qu’exprime cet essai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Gaveau, « Marcel Jollivet, Postface de Bruno Villalba, Pour une transition écologique citoyenne », Études rurales, 197 | 2016, 217-218.

Référence électronique

Fabien Gaveau, « Marcel Jollivet, Postface de Bruno Villalba, Pour une transition écologique citoyenne », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 04 février 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10732

Haut de page

Auteur

Fabien Gaveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org