Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yvan Droz, Valérie Miéville-Ott, Dominique Jacques-Jouvenot et Ginette Lafleur, Malaise en agriculture. Une approche interdisciplinaire des politiques agricoles France-Québec-Suisse

Paris, Karthala, 2014, 194 p.
Léo Magnin
p. 219-220
Référence(s) :

Yvan Droz, Valérie Miéville-Ott, Dominique Jacques-Jouvenot et Ginette Lafleur, Malaise en agriculture. Une approche interdisciplinaire des politiques agricoles France-Québec-Suisse. Paris, Karthala, 2014, 194 p.

Texte intégral

  • 1 Michèle Salmona, Souffrances et résistances des paysans français. Violences des politiques publique (...)
  • 2 Voir notamment les travaux de S. Simkin, K. Hawton et A. Malmberg au Royaume-Uni et de F. Judd, M. (...)
  • 3 C. Bossard, C. Santin, I. Guseva Canu, Surveillance de la mortalité par suicide des agriculteurs ex (...)

1L’état de santé des agriculteurs français est devenu un thème de recherche dans les années 1970 avec les travaux de Michèle Salmona1. Depuis les années 2000, des études se déve­loppent à l’échelle internationale2. Mais il faut attendre 2013 pour que l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) montre que les agriculteurs exploitants représentent la catégorie socio­professionnelle la plus touchée par le suicide3. Comment comprendre ce fait ? L’hypothèse de Michèle Salmona est que cette surmortalité est un des effets des politiques agricoles.

2Dans cette perspective, la présente recherche collective, menée entre 2009 et 2011, cherche à identifier les effets de la politique agricole sur les éleveurs laitiers en proposant de façon inédite une vaste enquête comparative (cha­pitre 1) dans trois régions francophones ayant néanmoins des contextes agricoles, politiques, économiques, épidémiologiques et juridiques très différents (chapitre 2) : le Québec, la Suisse romande et la Franche-Comté. Au total, 95 entretiens semi-directifs et 1 826 questionnaires auto-administrés visent à faire ressortir ce qui peut ou non être attribué à une politique agricole donnée.

  • 4 R. C. Kessler et al., « Short sreening scales to moni­tor population prevalences and trends in non- (...)

3Comme il existe des indicateurs de santé qui sont différemment construits selon les organismes privés ou nationaux, l’enjeu est donc de permettre une comparaison trans­nationale en mesurant le niveau de stress avec un questionnaire unique et standard. L’échelle K6 4 révèle que, chez les éleveurs interrogés, plus de 40 % des hommes et plus de 60 % des femmes ont un niveau de détresse psycho­logique élevé.

4Les auteurs suggèrent cinq vecteurs idéal-typiques pour l’expliquer (chapitre 3) : la course à l’agrandissement (« le principe du lévrier »), l’importance de la transmission géné­rationnelle, l’ethos de l’entrepreneur, la dimen­sion familiale des exploitations et l’importance croissante des tâches administratives.

5Les auteurs répondent à la question de l’influence des politiques agricoles sur les agriculteurs en soulignant la pression écono­mique à laquelle ils sont soumis et le niveau de stress qu’elle engendre. Alors que la France et le Québec bénéficient au moment de l’en­quête d’une certaine régulation via une poli­tique des quotas, les éleveurs suisses font face à une libéralisation croissante du marché lai­tier et 55 % des enquêtés évaluent leur niveau de stress quotidien comme étant élevé. Paral­lèlement, les éleveurs québécois bénéficient de la politique agricole la plus protectionniste et ont la plus basse proportion de déclaration du même niveau de stress (44,5 %).

6L'influence de l'incertitude économique s’étend au-delà de la sphère économique et se poursuit dans les représentations que les éleveurs ont d'eux-mêmes et de leur métier. L'exigence de compétitivité et la soumission à des règles environnementales pour obtenir les paiements directs suisses et français paraissent contradictoires aux acteurs qui supportent mal la position de l'entrepreneur subventionné, qui doit combiner savoir-faire traditionnel et compétences administratives.

7L'ouvrage a l'intérêt majeur de réinscrire la politique agricole dans un contexte écono­mique et politique plus large, en pointant le fait que d'autres politiques publiques ont des effets sur la santé des agriculteurs, notamment en santé publique. On appréciera à ce titre les comparaisons des systèmes d'assurances publiques et privées qui font apparaître la pré­carité juridique des exploitants suisses.

8La difficulté méthodologique de la compa­raison, toujours traitée réflexivement, est en soi un résultat qui dépasse le seul cadre métho­dologique car il pointe les conséquences poli­tiques de l'impossibilité d'un débat public international.

9L'ouvrage se clôt sur une tonalité pres­criptive en insistant sur le rôle moteur des systèmes d'origines contrôlées face à la libé­ralisation. L'occasion est donnée de défendre une politique de régulation des marchés aujourd'hui à l'opposé de la réforme de la PAC 2015-2020, qui vient de voir la disparition des quotas laitiers. Se pose enfin la question de la généralisation possible des conclusions qui ont été élaborées à partir d'une population composée exclusivement d’éleveurs laitiers.

Haut de page

Notes

1 Michèle Salmona, Souffrances et résistances des paysans français. Violences des politiques publiques de modernisation économique et culturelle, Paris, L’Harmattan, 1994.

2 Voir notamment les travaux de S. Simkin, K. Hawton et A. Malmberg au Royaume-Uni et de F. Judd, M. Alston, A. Wallis et L. Bryant en Australie.

3 C. Bossard, C. Santin, I. Guseva Canu, Surveillance de la mortalité par suicide des agriculteurs exploitants, Saint-Maurice, 2013.

4 R. C. Kessler et al., « Short sreening scales to moni­tor population prevalences and trends in non-specific psychological distress », Psychological Medicine, vol. 32, no 6, 2002, p. 959-976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léo Magnin, « Yvan Droz, Valérie Miéville-Ott, Dominique Jacques-Jouvenot et Ginette Lafleur, Malaise en agriculture. Une approche interdisciplinaire des politiques agricoles France-Québec-Suisse », Études rurales, 197 | 2016, 219-220.

Référence électronique

Léo Magnin, « Yvan Droz, Valérie Miéville-Ott, Dominique Jacques-Jouvenot et Ginette Lafleur, Malaise en agriculture. Une approche interdisciplinaire des politiques agricoles France-Québec-Suisse », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 04 février 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10734

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org