Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Éric Lambin, Le consommateur planétaire

Paris, Éditions Le Pommier, 2015, 288 p.
Fabien Gaveau
p. 220-222
Référence(s) :

Éric Lambin, Le consommateur planétaire. Paris, Éditions Le Pommier, 2015, 288 p.

Texte intégral

1Éric Lambin interroge en géographe une situation paradoxale. L’économie mondialisée contribuerait à accélérer les changements envi­ronnementaux et à accroître les inégalités sociales mais les consommateurs occidentaux, sensibles à ces thèmes, bénéficient chaque jour de produits venus de l’ensemble de la planète auxquels ils peinent à renoncer. Loin des chantres de la globalisation et de la déré­gulation, mais sans sympathie pour des altermondialistes « bobo bio » (p. 16) dont les idées sont jugées utopiques et de repli, l’au­teur examine la situation.

2Dans un premier temps, il expose comment l’économie mondialisée amplifie des problèmes environnementaux. Si la pollution générée par les économies émergentes est réelle, une part non moins importante tient aux stratégies d’im­plantation de firmes qui utilisent les facilités d’un marché planétaire pour produire. Nombre de pays accommodant sur le plan environne­mental font en effet jouer cet avantage com­paratif pour séduire des investisseurs.

3Certaines productions impliquent par ailleurs l’accès à des ressources peu délocalisables et abondantes. Ainsi, 1 kg de blé mobilise 1 à 2 m3 d’eau ce qui tend à concentrer la pro­duction céréalière là où les écosystèmes la rendent la plus simple. Tout produit porte en lui un « commerce virtuel » d’intrants néces­saires à son élaboration et tout produit a un coût environnemental, de sa production à sa destruction. Dans ce contexte, le consomma­teur européen le plus écovertueux est, dit l’auteur, surtout habile dans le report de son empreinte environnementale chez les autres.

4En outre, si les progrès techniques accroissent la productivité, ils tendent à faciliter la diffusion de biens dont la multiplication des utilisateurs compense à terme les éventuelles économies en ressources mobilisées par le processus productif. De plus, bien des innovations ont des effets en cascade sur les écosystèmes et les marchés. Le secteur des biocarburants en témoigne. Dans un autre registre, la séduction pour des produits issus de cultures tradition­nelles est problématique pour les sociétés qui les avaient intégrés de longue date à leur propre consommation. Moindre approvision­nement des marchés traditionnels et hausse des prix en sont deux aspects.

5Beaucoup de firmes mondialisées tiennent aujourd’hui des discours écoresponsables. Cer­taines mènent dans le même temps un puissant lobbying contre les normes environnementales et sociales. D’autres sont confrontées à des réalités qui font s’interroger sur la réalité des effets d’annonce. Le lecteur pense à l’image reverdie de British Petroleum, avec le slogan « Beyond Petroleum », que la catastrophe de Deep Water Horizon (avril 2010) a assombrie.

6Pourtant l’auteur fait des firmes le nœud de la résolution des questions environne­mentales. Les quelques centaines qui tiennent le commerce mondial peuvent infléchir le comportement de leurs fournisseurs vers des pratiques vertueuses pour gagner la confiance des consommateurs ou répondre à leur pres­sion. En revanche, Éric Lambin affirme irréa­liste une solution fondée sur l’engagement réfléchi de milliards de consommateurs si divers dans leur manière d’être et dans leurs aspirations.

7D’ailleurs, à ses yeux, les relations entre firmes, ONG, gouvernements, sociétés, sont ambiguës. Des alliances d’intérêt peuvent réu­nir ponctuellement de farouches adversaires. En témoigne l’union des groupes de protec­tion des forêts tropicales avec les compagnies forestières américaines pour convaincre en 2008 le Congrès des États-Unis d’adopter une législation sévère sur les importations de bois et de produits dérivés. Ainsi, des synergies intéressées apparaissent ponctuellement effi­caces.

8L’ouvrage, agréable à parcourir, démontre combien l’impact de la mondialisation sur les équilibres planétaires résulte d’interactions complexes. C’est à placer au crédit de l’au­teur. Les arguments sont précis mais quelques questions viennent au lecteur.

9En faisant de la firme l’acteur pertinent de gestion des équilibres environnementaux, l’au­teur acte l’impuissance du politique, pourtant créateur des normes qui structurent les mar­chés. Or, rien ne dit que le retrait des États soit définitif et généralisé, tout phénomène ayant un caractère contingent. Il admet en même temps que quelques groupes deviennent dépositaires du sort de la planète, ce qui inter­roge l’autonomie d’action d’un large pan de l’humanité. En outre, la question se pose de la crédibilité et du contrôle des firmes en la matière. Rien n’empêche d’adopter un dis­cours vertueux et de perpétuer des pratiques contraires. Si la peur du scandale existe, bien des stratégies de gestion de crise existent pour les entreprises en cas de difficulté.

10De plus, l’écriture repose sur une implicite perception occidentale qui fournirait une vérité scientifique d’évidence pour toute la planète.

11Mais l’impact environnemental de la mondia­lisation est-il gérable partout avec les mêmes outils ? La démonstration reste à faire.

12Enfin l’auteur élude les effets territoriaux de la libéralisation des marchés sur les pays qui l’ont historiquement portée. Quid des pro­blèmes environnementaux ici ? Comment s’en remettre aux consommateurs pour arbitrer du mieux possible sur les marchés si les ressources monétaires disponibles interdisent d’avoir accès à des produits à faible coût environnemental, mais souvent plus chers monétairement ?

13Voilà donc un ouvrage qui ouvre à la dis­cussion mais qui a le mérite de lui offrir une base solide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Gaveau, « Éric Lambin, Le consommateur planétaire », Études rurales, 197 | 2016, 220-222.

Référence électronique

Fabien Gaveau, « Éric Lambin, Le consommateur planétaire », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 04 février 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10740

Haut de page

Auteur

Fabien Gaveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org