Navigation – Plan du site

Cinq cents ans de contrôle royal sur les produits agricoles tributaires d’Aksum

500 Years of Royal Control over Aksum Agricultural Commodities
Anaïs Wion
p. 49-72

Résumés

Les chartes foncières produites par les fonctionnaires éthiopiens pour administrer les territoires agricoles aux périodes médiévale et moderne sont peu disertes quant aux questions pratiques de la gestion des ressources. Ces textes codifiés ont avant tout valeur légale et régulent l’accès aux droits fonciers. L’analyse d’un document hors-norme car beaucoup plus pragmatique permet de pallier le silence des sources relatif à l’environnement naturel et agraire. Une liste décrit l’impôt (en grains, miel, pièces de coton et huile) dû par les exploitants des plaines agricoles situées autour d’Aksum, la ville sainte du nord de l’Éthiopie. Cette analyse de la prescription d’un impôt par le pouvoir royal permet de comprendre comment des structurations politiques complexes modèlent les territoires et les pratiques agricoles sur le très long terme (XVe-XXe siècle).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Spécificités du corpus documentaire aksumitain
Une exceptionnelle liste de perception
La maison du roi
Le grain (ehel) : ce qui se conserve
Le miel (ma’ār) : un produit difficile à quantifier
Le coton : une haute valeur d’échange
Les huiles végétales : du générique au particulier
Offrande et encens pour l’église, tribut pour les scribes
L’impôt pour les commémorations royales et les fêtes mariales
Des denrées qui se conservent
Conclusion

Aperçu du texte

La région autour d’Aksum se trouve dans la partie septentrionale des hauts plateaux abyssins, dans l’actuelle région du Tegrāy. Elle est dotée de grandes potentialités agricoles du fait de ses immenses plaines de sédiments. Région géographiquement stratégique, elle est située sur d’anciennes routes reliant la mer Rouge aux hauts plateaux éthiopiens et, sur un axe ouest-est, les hautes et les basses terres. Il n’est donc pas surprenant que le peuplement humain soit très ancien sur cet espace convoité depuis la haute Antiquité. La civilisation préchrétienne, puis chrétienne, qui s’est développée dans le nord des hautes terres éthiopiennes et qui a étendu son influence jusqu’au sud de la péninsule arabique est d’ailleurs dénommée civilisation aksumite, en référence à ce centre politique et/ou religieux que fut Aksum. Il est probable que la disparition du pouvoir aksumite a entraîné un abandon relatif du site, entre le ixe et le xe siècle.

Au Moyen Âge, le Royaume chrétien est en pleine ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Wion, « Cinq cents ans de contrôle royal sur les produits agricoles tributaires d’Aksum », Études rurales, 197 | 2016, 49-72.

Référence électronique

Anaïs Wion, « Cinq cents ans de contrôle royal sur les produits agricoles tributaires d’Aksum », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10749

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org