Navigation – Plan du site

La passe d’Aheyyā Fağğ (XVe-XVIe siècle) : Itinéraires, places fortes et contrôle du territoire éthiopien

Marie-Laure Derat
p. 73-92

Résumés

Circuler sur les hauts plateaux éthiopiens nécessite d’emprunter des voies particulières, passes, gués, qui ne s’improvisent pas. La maîtrise de ces voies d’accès assurait une grande partie de la défense de certaines régions du royaume chrétien d’Éthiopie, mais aussi le contrôle économique sur ce qui entrait et sortait de ces régions. L’une de ces passes, voie d’accès difficilement contournable pour se rendre du Choa à l’Amḥārā, appelée de manière très imagée « la mort des ânes » (Aheyyā Fağğ) illustre parfaitement ce rôle de verrou défensif et économique. Empruntée au début du XVIe siècle par un voyageur portugais qui en décrit très bien les accès, elle reste aujourd’hui une voie difficile mais directe pour rejoindre le grand marché que représente la capitale Addis-Abeba. C’est l’histoire de cette passe au XVe et au début du XVIe siècle, quand elle devient un accès incontournable pour rejoindre la cour royale éthiopienne qui fait l’objet de cette contribution.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une étape incontournablesur la route des pèlerins et voyageurs
Zone frontière, place forte et postes de péage : verrous défensifs et économiques
Instruments de contrôle du territoire
Conclusion

Aperçu du texte

Aheyyā Fağğ, que l’on peut traduire de manière allégorique par « la mort des ânes », est une passe située sur les hauts plateaux éthiopiens, réputée pour le péril qu’elle fait courir aux hommes comme aux bêtes qui la franchissent. Pour mesurer l’importance de ce nœud topographique, il faut avant tout s’immerger dans ce milieu spécifique qu’est la montagne éthiopienne. C’est dans une région centrale de l’Éthiopie actuelle, à la limite entre le Wallo et le Choa, qu’est située la passe d’Aheyyā Fağğ. À environ 2 500 mètres d’altitude, c’est l’un des rares passages pour circuler entre les hauts plateaux du Wallo, qui plongent brutalement à moins de 1 500 mètres d’altitude et s’ouvrent sur les gorges creusées par la rivière Wan.čet, et les hauts plateaux du Choa, au sud, que l’on n’atteint qu’après avoir franchi d’autres gorges, celles de la Ğammā, et grimpé à nouveau les 1 000 mètres d’altitude qui séparent les basses terres des hautes terres. Les Éthiopiens désignent aujourd’hui ces de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Derat, « La passe d’Aheyyā Fağğ (XVe-XVIe siècle) : Itinéraires, places fortes et contrôle du territoire éthiopien », Études rurales, 197 | 2016, 73-92.

Référence électronique

Marie-Laure Derat, « La passe d’Aheyyā Fağğ (XVe-XVIe siècle) : Itinéraires, places fortes et contrôle du territoire éthiopien », Études rurales [En ligne], 197 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10765

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org