Navigation – Plan du site

Une formation hors de son champ

L’échec de la filière journalisme agricole à l’ESJ
A course outside its field. The failure of the Agricultural Journalism programme at ESJ
Ivan Chupin et Pierre Mayance
p. 39-58

Résumés

En 1998, une grande école d’ingénieurs agricoles, l’Isa, et une école de journalisme reconnue par la profession, l’ESJ, s’allient à Lille pour initier une nouvelle formation au journalisme agricole. Cette tentative s’apparente à une volonté d’imposer une nouvelle élite journalistique dans le monde de la presse agricole. La contribution revient sur les raisons de l’échec de ce diplôme, abandonné huit ans après sa création. Une première raison tient dans la faiblesse des soutiens financiers qui aboutit à la mise en place d’une filière « à l’économie ». Une seconde résulte du fort décalage entre les attentes des formateurs, celles des élèves et celles des élites agricoles. Si la formation est pensée par l’institution sous une forme vocationnelle et un modèle du « bon journaliste » issu de la presse généraliste, les étudiants s’y montrent peu réceptifs. Cette tension alimente une « crise des vocations », crise qui ne se traduit pas forcément par une désertion des mondes agricoles par les personnes formées. Ce cas illustre la manière dont les mondes agricoles parviennent à défendre leurs frontières face aux injonctions émanant d’autres univers sociaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Exporter le modèle du « bon journalisme » vers les univers spécialisés
Communier dans la célébration d’un journalisme généraliste
Grandeur et décadence d’une filière fonctionnant « à l’économie »
Du journalisme aux mondes agricoles

Aperçu du texte

La formation des élites agricoles a souvent été un enjeu interne aux mondes agricoles. Les travaux historiques soulignent une forte présence du « privé » dans ce secteur, des premières fermes-écoles au développement des écoles agronomiques au cours du XIXe siècle sous l’impulsion des milieux catholiques. Après 1870, les républicains tentent sans grand succès de reprendre le contrôle de ces dispositifs [Cerf et Lenoir 1987]. La formation dans l’enseignement supérieur reste tout au long du XIXe siècle en grande partie aux mains des acteurs privés. Ainsi, les agriculteurs – comme les élites censées les représenter – sont avant tout formés de manière endogène au sein des mondes agricoles. Comment alors, dans ce contexte, une formation de journalistes agricoles, appelés à travailler principalement dans la presse professionnelle, a-t-elle pu voir le jour au sein de l’une des plus prestigieuses écoles de journalisme ?

En effet, il existe en France un système proche de celui des grandes écol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Chupin et Pierre Mayance, « Une formation hors de son champ », Études rurales, 198 | 2016, 39-58.

Référence électronique

Ivan Chupin et Pierre Mayance, « Une formation hors de son champ », Études rurales [En ligne], 198 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/11164

Haut de page

Auteurs

Ivan Chupin

Articles du même auteur

Pierre Mayance

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org