Navigation – Plan du site

Des pages « éco » aux pages « société »

La médiatisation de la confédération paysanne dans la presse nationale
From the “Business” Section to the “Society” Pages. Media Coverage of the Confédération Paysanne in the National Press
Aïcha Bourad
p. 133-154

Résumés

Cet article revient sur l’impact de la percée médiatique de la Confédération paysanne à la suite de l’affaire du « démontage du McDonald’s » à l’été 1999. L’analyse repose sur le dépouillement systématique des articles de la presse régionale entre 1995 et 2014 et de la presse nationale généraliste, entre 1998 et 2000 ainsi que le décompte des articles de la presse nationale, entre 2001 et 2014, disponibles sur Europresse. Il s’agit d’interroger tout d’abord cette présence dans ces médias et ses conditions de possibilités puis de démontrer qu’elle se manifeste principalement sous l’angle des questions de société progressivement redéfinies comme environnementales ou altermondialistes sans pour autant remettre en cause l’ordre des visibilités et des expressions syndicales majoritaires sur les sujets spécifiquement agricoles. Cette médiatisation ne transforme donc pas radicalement la représentation de l’ordre syndical dans les médias d’autant que cette percée s’avère relativement ponctuelle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Actions locales et médiatisation nationale
Les prémices politiques de la naissance médiatique
Le « démontage » du McDonald’s de Millau
Un état favorable du champ journalistique
Une médiatisation en dehors des questions agricoles
Un traitement « sociétal » plus qu’agricole
L’homme qui cachait le syndicat ?

Aperçu du texte

En 1995, la consultation électorale pour le renouvellement des chambres d’agriculture accorde 56,7 % à la FNSEA, 20,6 % à la Confédération paysanne (CP), 12 % à la Coordination rurale et 5 % au Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef). Près de 40 % des électeurs ont ainsi choisi d’autres représentants que ceux proposés par l’alliance de la FNSEA et de la Coordination nationale des jeunes agriculteurs. Cette pluralité met cependant du temps à trouver sa transcription dans l’espace politique comme médiatique. Le monopole de la représentation par la FNSEA perdure. Pour la plupart des commentateurs, la CP, deuxième syndicat agricole de l’époque n’existe médiatiquement, et donc pour le plus grand nombre, qu’à partir d’août 1999 avec le « démontage du McDonald’s » de Millau [Martin 2000]. Lors des élections camérales suivantes en 2001, la FNSEA obtient 52,8 %, la CP 26,8 %, la Coordination rurale 12,2 % et le Modef 2,9 %. La progression de la CP entre ces deux scrutins est n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Bourad, « Des pages « éco » aux pages « société » », Études rurales, 198 | 2016, 133-154.

Référence électronique

Aïcha Bourad, « Des pages « éco » aux pages « société » », Études rurales [En ligne], 198 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/11312

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org