Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nancy K. Berlage, Farmers Helping Farmers. The Rise of the Farm and Home Bureaus, 1914-1935

Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2016, 308 p.
Fabien Gaveau
p. 201-203
Référence(s) :

Nancy K. Berlage, Farmers Helping Farmers. The Rise of the Farm and Home Bureaus, 1914-1935, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2016, 308 p.

Texte intégral

1Professeure assistante à l’Université d’État du Texas, l’auteure étudie d’une manière inédite le rôle des structures associatives privées dans la diffusion de nouvelles pratiques et de nouveaux savoirs aux États-Unis de 1914 à 1935. L’époque valorise les synergies entre individus pour réaliser le progrès, dont le libéralisme et la science constituent les instruments. Les fermiers s’organisent localement pour améliorer la condition économique des foyers. Les autorités soutiennent ce mouvement. L’étude s’achève alors que les réflexions du New Deal introduisent plus fortement l’État fédéral dans la reconfiguration de l’agriculture américaine.

2L’auteure insiste d’abord sur les racines locales des diverses associations de farmers. Des familles liées entre elles, dans des communautés structurées, se rapprochent pour diffuser des savoirs utiles à chacun. Le mouvement naît dans les Grandes plaines et le Nord-Est puis se diffuse amplement. Le chapitre 3 donne un exemple des pratiques de ces groupes à travers l’action des éleveurs contre la tuberculose bovine.

3Dans les chapitres 4 et 5, l’historienne analyse le rôle des femmes au sein des associations, à tous les niveaux de l’organisation. Elles participent à la cohésion des groupes et au fonctionnement des bureaux. Elles orientent les actions pour améliorer l’existence des familles et pousser leurs époux aux changements techniques.

4Le chapitre 6 note que l’éducation des enfants devient une priorité des groupes locaux. Il s’agit à la fois de préserver les identités locales et de former à une culture agronomique de plus en plus technique.

5En somme, les bureaux locaux que constituent les farmers jouent un rôle considérable de modernisation agricole et sociale. Cela change le regard habituel qui oscille entre le poids de l’individualisme et le rôle des instances publiques. Expression des communautés, ces associations ont été des médiateurs des savoirs scientifiques et techniques vers les professionnels. Elles ont agi en s’appuyant sur les universités et les agences fédérales liées à l’agriculture. Paradoxalement, elles ont changé le rapport des farmers à l’économie tout en facilitant l’enracinement de schémas sociaux souvent conservateurs.

6L’apport de l’ouvrage est considérable en adoptant le point de vue des acteurs les plus modestes du changement économique et social. Il donne tout son sens à l’ère progressiste (Progressive Era) qui caractérise alors les États-Unis. Élan scientifique, goût pour la liberté des acteurs, sens de l’association et de l’organisation en sont les ingrédients.

7Ce travail permet de mieux comprendre le goût pour l’association dont Herbert Hoover fait l’un des piliers de sa conception politique à travers the Associative State. Les forces privées s’organisent pour produire du mieux possible. Les agences fédérales leur viennent en appui en facilitant leur rencontre avec les milieux de la recherche et de la science.

8Les groupes locaux nés à l’initiative des farmers se rassemblent par fédération dans les États et en une vaste organisation, the American Farm Bureau Federation à l’échelle du pays. La structure contribue à diffuser une identité commune au monde rural tout en s’adressant spécifiquement à chacune de ses composantes. Le partage des savoirs et des expériences contribue à professionnaliser et à spécialiser les agriculteurs.

9Sous cet angle, l’auteure éclaire un processus rarement mis en lumière avec autant de clarté, la formation des chefs d’exploitation. En cela, les campagnes américaines ont été animées d’un mouvement comparable à celui qu’a connu le monde des affaires.

10Une autre dimension majeure de l’ouvrage est de montrer l’impact de ces associations sur la division sexuelle du travail au sein du foyer agricole. Tandis que l’organisation scientifique du travail de Ford et Taylor se diffuse dans l’industrie, les conseils donnés aux groupes d’agriculteurs tendent à accroître la spécialisation fonctionnelle au sein des ménages.

11Aux hommes, sont destinées des réflexions très techniques sur le travail de la terre, la mécanisation et la conduite des troupeaux. Les femmes reçoivent des recommandations sur l’économie du foyer et la tenue de la maison. Les perceptions anciennes de la division genrée du travail en sortent renforcées, voire rigidifiées par rapport à ce qu’elles étaient au début du XXe siècle. L’attachement à la ferme familiale s’approfondit. Sa réussite économique est associée à la complémentarité de tous ses membres.

12Les représentations sociales se sont donc modifiées sous l’effet des recommandations scientifiques, au nom de la rationalité, de l’efficacité et de l’économie. L’impact en est grand sur l’agriculture familiale sans toutefois signifier qu’une conception capitaliste et productive ne trouve pas à se diffuser. Nancy Berlage insiste à juste titre sur les progrès des livres comptables et des anticipations d’investissement dans les fermes.

13L’ouvrage nourrit richement les réflexions sur le changement agricole dans l’Amérique d’avant la Grande dépression. Au-delà, il éclaire comment les exploitants ont su s’organiser pour trouver et maintenir leur place dans un pays marqué par l’élan de l’économie industrielle et marchande. Les problématiques de la formation, de la professionnalisation et de l’action collective en sortent éclairées comme elles l’ont rarement été jusque-là.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Gaveau, « Nancy K. Berlage, Farmers Helping Farmers. The Rise of the Farm and Home Bureaus, 1914-1935 », Études rurales, 198 | 2016, 201-203.

Référence électronique

Fabien Gaveau, « Nancy K. Berlage, Farmers Helping Farmers. The Rise of the Farm and Home Bureaus, 1914-1935 », Études rurales [En ligne], 198 | 2016, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/11445

Haut de page

Auteur

Fabien Gaveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org