Navigation – Plan du site

Le film ethnographique comme archives

L’œuvre de Jean-Dominique Lajoux
Ethnographic Film as Archives: the work of Jean-Dominique Lajoux
Gilles Laferté
p. 15-32

Résumés

Cet article analyse le recours à l’image animée comme pratique de recherche en interrogeant l’itinéraire social et professionnel de Jean-Dominique Lajoux, cinéaste au musée des Arts et Traditions populaires, l’une des figures marquantes du cinéma ethnographique des années 1970-1980. En repositionnant la division du travail scientifique et le modèle de l’ethnographie dans cette institution, il s’agit de comprendre, par un retour sur les objets filmés, sur les dispositifs mis en place, ce cinéma dont l’objectif a été la production d’archives filmées des sociétés paysannes en voie de disparition. La production de ces images est alors d’autant plus intéressante qu’elle se positionne à contre-pied de la pratique documentaire ethnographique contemporaine produisant de ce fait une esthétique singulière et épurée.

Haut de page

Dédicace

« Il faut se persuader que le cinéma est un moyen d’analyse, de conservation du temps avant d’être un moyen d’expression. Il a été inventé pour cela » [Lajoux 1976 : 120].

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Objets et divisions du travail scientifique : la collecte des images aux ATP
Un autodidacte de l’image devenu ethnologue
Produire des archives ethnographiques filmées : une ethnographie du passé
Dispositifs filmiques de collecte des « matériaux bruts »
Les pratiques ethnographiques et documentaires : vers une évolution parallèle ?

Aperçu du texte

Le film ethnographique a connu un moment de cristallisation dans les années 1960 et 1970 avec la création du Comité du film ethnographique [Gallois 2009], le développement d’un cinéma sociologique à la télévision et les premiers postes de chercheurs cinéastes, au sein des musées nationaux d’ethnologie, au CNRS et dans quelques universités [Mignot-Lefebvre 1994]. Jean Rouch, chargé de recherches au musée de l’Homme, en est l’un des personnages emblématiques [Colleyn 2009]. Jean-Dominique Lajoux sera son alter ego, recruté vingt ans plus tard au musée national des Arts et Traditions populaires (ATP). Au cœur de ces deux institutions majeures de l’anthropologie française, ces deux cinéastes sont chargés de collecter les images des sociétés étudiées par l’ethnologie. Le second n’a pas la notoriété du premier, comme la légitimité académique de l’ethnologie de la France est plus réduite que celle de la grande anthropologie exotique. Mais les différences entre ces deux cinéastes sont plus ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Laferté, « Le film ethnographique comme archives », Études rurales, 199 | 2017, 15-32.

Référence électronique

Gilles Laferté, « Le film ethnographique comme archives », Études rurales [En ligne], 199 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/11474

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org