Navigation – Plan du site

Droit musulman et pratiques foncières dans l'Adrâr mauritanien

Pierre Bonte
p. 93-106

Résumés

En Adrâr mauritanien, les zawâya, « marabouts » dans le vocabulaire colonial, gestionnaires du sacré et détenteurs des savoirs juridiques de l'islam, sont les principaux propriétaires des palmeraies et terrains de culture sahariens. On considère ici comment leur connaissance de la sharî'a, le droit musulman, a favorisé leur prééminence foncière et comment elle définit leurs stratégies individuelles et tribales, en perpétuant entre autres différentes formes d'indivision, telle la mise en habus. Les zawâya maîtrisent la production agricole en nouant des relations contractuelles avec leurs anciens esclaves (contrats de métayage divers, mais aussi contrats de complant).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bonte, « Droit musulman et pratiques foncières dans l'Adrâr mauritanien », Études rurales, 155-156 | 2000, 93-106.

Référence électronique

Pierre Bonte, « Droit musulman et pratiques foncières dans l'Adrâr mauritanien », Études rurales [En ligne], 155-156 | 2000, mis en ligne le 16 juin 2003, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/17

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org