Navigation – Plan du site

Libertés coutumières et pouvoir central

L'enjeu du droit de l'eau dans les oasis du Maghreb
Geneviève Bédoucha
p. 117-142

Résumés

Différents traits permettent de définir la spécificité des sociétés oasiennes structurées autour de la gestion des eaux. L'ordre coutumier en préserve la cohésion en même temps qu'il assure la pérennité des systèmes hydrauliques. L'enjeu du droit de l'eau se dessine clairement à travers l'analyse de l'appareil législatif mis en place déjà à l'époque coloniale, qui se verra prolongé et renforcé après l'Indépendance, notamment en Tunisie. Est annoncée la domanialisation des eaux et, avec l'extinction prévue de l'artésianisme, la fin des droits d'eau oasiens. Les libertés, qu'au nom même du droit coutumier s'autorisent ici et là les hommes, contraignent les instances étatiques à de significatives concessions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Bédoucha, « Libertés coutumières et pouvoir central », Études rurales, 155-156 | 2000, 117-142.

Référence électronique

Geneviève Bédoucha, « Libertés coutumières et pouvoir central », Études rurales [En ligne], 155-156 | 2000, mis en ligne le 16 juin 2003, consulté le 21 février 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/19

Haut de page

Auteur

Geneviève Bédoucha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org