Navigation – Plan du site
Varia

Bâb al-Nayrab, un faubourg d'Alep, hors la ville et dans la cité

Jacques Hivernel
p. 215-238

Résumés

Cet article se propose d'examiner comment le quartier Bâb al-Nayrab d'Alep, zone de transition entre la ville et son arrière-pays rural, prédisposé par son histoire et son activité à s'ouvrir sur l'extérieur, est devenu un lieu où s'élaborent des microprocessus de mondialisation. Centre de stockage et d'échange de la production agropastorale, ce quartier fut le territoire, parfois contesté, de la domination de la ville sur son arrière-pays pour le contrôle de l'approvisionnement. Une symbiose insolite s'est opérée entre des vieilles familles citadines et les tribus bédouines, d'implantation plus récente, qui ont mis en commun leur « savoir-circuler » et leur logistique. Bâb al-Nayrab, espace partagé, entité indépendante de la ville à laquelle elle se juxtapose, apparaît, malgré son hétérogénéité, comme un groupe identitaire, ce qui lui permet de mobiliser un patrimoine culturel local qui lui facilite l'accès à l'internationalité et la mondialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Hivernel, « Bâb al-Nayrab, un faubourg d'Alep, hors la ville et dans la cité », Études rurales, 155-156 | 2000, 215-238.

Référence électronique

Jacques Hivernel, « Bâb al-Nayrab, un faubourg d'Alep, hors la ville et dans la cité », Études rurales [En ligne], 155-156 | 2000, mis en ligne le 16 juin 2003, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/23

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org