Navigation – Plan du site
Varia

Échanges croisés entre Nouveau Monde et Ancien Monde

Maïs, pomme de terre, tomate et cacao
Nikita Harwich
p. 239-260

Résumés

L'histoire de l'alimentation est l'histoire de choix répétés, guidés par un processus quasi darwinien de sélection naturelle. Toutefois ces choix s'effectuent aussi dans le cadre d'un processus d'adaptation face à l'altérité. Les nourritures du Nouveau Monde n'ont pas seulement été les produits particuliers issus d'une terre auparavant inconnue, mais également le reflet des sociétés qui les avaient originellement cultivés et consommés. À la curiosité suscitée par leur découverte a généralement succédé une méfiance, voire une répugnance, qu'il aura fallu plusieurs siècles pour vaincre. L'expérience américaine obligeait en quelque sorte les habitants des trois autres « vieux continents » à repenser une unité qui n'était pas seulement celle d'une communauté humaine. Elle était aussi celle de l'unicité de la nature. Quatre cas de figure sont présentés ici : le maïs, la pomme de terre, la tomate, qui ont réussi à s'acclimater en Europe ainsi que sur d'autres terres tempérées ; et le cacao qui, lui, a préservé ses caractéristiques de denrée tropicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikita Harwich, « Échanges croisés entre Nouveau Monde et Ancien Monde », Études rurales, 155-156 | 2000, 239-260.

Référence électronique

Nikita Harwich, « Échanges croisés entre Nouveau Monde et Ancien Monde », Études rurales [En ligne], 155-156 | 2000, mis en ligne le 16 juin 2003, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/24

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org