Navigation – Plan du site
Sociétés

Café, développement et autochtonie en Nouvelle-Calédonie

Isabelle Leblic
p. 117-130

Résumés

En Nouvelle-Calédonie, l’histoire de l’implantation du café ne peut être dissociée de celle de la colonisation. L’administration coloniale a d’abord fait venir les colons pour leur faire planter du café, et ce au détriment des populations kanak qui subissaient les spoliations foncières du grand cantonnement. Puis, dans une volonté d’intégrer les Kanak dans l’économie de marché, cette même administration a favorisé le développement, en milieu tribal, de caféries sous ombrage avant de procéder à l’« opération café » visant à planter du « café soleil ». Aujourd’hui, essayant de tirer les leçons du passé, la province Nord mène une politique de relance de la caféiculture, qui tient compte de l’organisation sociale et foncière kanak. En effet, l’analyse des échecs des différentes tentatives précédentes ne peut se faire qu’à la lumière des caractéristiques propres à la société kanak (opposition plantes autochtones/plantes allochtones, représentations du travail, représentations en matière de développement/sous-développement).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leblic, « Café, développement et autochtonie en Nouvelle-Calédonie », Études rurales, 180 | 2007, 117-130.

Référence électronique

Isabelle Leblic, « Café, développement et autochtonie en Nouvelle-Calédonie », Études rurales [En ligne], 180 | 2007, mis en ligne le 21 mai 2008, consulté le 17 janvier 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/6602

Haut de page

Auteur

Isabelle Leblic

Ethnologue, chargée de recherches, LACITO-CNRS, Villejuif.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org