Navigation – Plan du site
Pouvoirs

Café et pouvoir en Amérique centrale

Noëlle Demyk
p. 139-154

Résumés

La caféiculture se développe en Amérique centrale à partir du milieu du xixe siècle. Les oligarchies foncières jettent alors les bases, politiques et sociales, de l’économie agro-exportatrice qui caractérise l’insertion de ces pays dans l’économie mondiale. L’article explore les relations qui existent entre les logiques de pouvoir, leurs temporalités et la construction des systèmes caféiers, notamment au Guatemala, au Salvador et au Costa Rica, où l’État caféier oligarchique se maintient jusqu’aux années 1970. Une première partie étudie les structures agraires et les systèmes de production caféiers, mis en place entre 1850 et 1900, et met en évidence l’opposition entre deux types de sociétés : l’une fondée sur le pouvoir pur, la coercition exercée sur la main-d’œuvre indienne ; l’autre fondée sur l’autorité légitime. La seconde partie, qui analyse brièvement les crises du xxe siècle, montre les transformations et, finalement, la perte de pouvoir des élites caféières traditionnelles au profit d’élites entreprene­riales diversifiées, associées au capital multinational.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noëlle Demyk, « Café et pouvoir en Amérique centrale », Études rurales, 180 | 2007, 139-154.

Référence électronique

Noëlle Demyk, « Café et pouvoir en Amérique centrale », Études rurales [En ligne], 180 | 2007, mis en ligne le 21 mai 2008, consulté le 18 janvier 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/6732

Haut de page

Auteur

Noëlle Demyk

Géographe, professeur à l’Université Paris-VII Denis Diderot.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org