Navigation – Plan du site
Consommation

Les établissements de café du Caire

Jean-Charles Depaule
p. 245-262

Résumés

Au Caire, les cafés, apparus au cours du xvie siècle, sont, aujourd’hui encore, une institution urbaine masculine majeure. L’étude du décor et du mobilier, de l’ambiance lumineuse, sonore et olfactive, et de la qualité gustative de ce qui y est consommé dégage les traits d’une « esthétique de café ». L’accent est mis d’autre part sur la dimension territoriale du café du Caire, qui est généralement installé à la frontière de deux mondes urbains, celui du voisinage, familial et féminin, et le reste de la ville, entre lesquels il constitue un seuil. Il apparaît comme une annexe des lieux de travail, voire un endroit où s’exercent des activités professionnelles. Conjurant la menace d’une violence potentielle, des sociabilités et des ritualisations s’y expriment, dans lesquelles l’usage du narguilé, de nouveau à la mode (y compris chez les femmes), occupe une place importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Depaule, « Les établissements de café du Caire », Études rurales, 180 | 2007, 245-262.

Référence électronique

Jean-Charles Depaule, « Les établissements de café du Caire », Études rurales [En ligne], 180 | 2007, mis en ligne le 21 mai 2008, consulté le 17 janvier 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/7492

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Depaule

Anthropologue, directeur de recherche, CNRS, Vitry-sur-Seine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org