Navigation – Plan du site

Famille, ménage paysan et mobilité de la terre et des personnes en Thimerais au XVIIIe siècle

Bernard Derouet
p. 47-56

Résumés

Les structures familiales et la forme du ménage paysan en Thimerais au XVIIIIe siècle sont sous l'influence d'un système successoral égalitaire qui a favorisé les phénomènes de mobilité. L'éclatement précoce de la famille s'observe surtout chez les journaliers, mais pour les laboureurs la dispersion géographique de la parenté n'exclut pas le maintien d'une certaine cohésion familiale, pouvant même prendre dans quelques cas la forme d'une corésidence au sein d'un même ménage. Ce n'est cependant que dans une frange de paysannerie moyenne que l'on peut observer, surtout dans le cadre de la parenté, des pratiques d'entraide et d'association liées à un plus grand enracinement local et à l'existence d'une part de propriété paysanne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Derouet, « Famille, ménage paysan et mobilité de la terre et des personnes en Thimerais au XVIIIe siècle », Études rurales, 86 | 1982, 47-56.

Référence électronique

Bernard Derouet, « Famille, ménage paysan et mobilité de la terre et des personnes en Thimerais au XVIIIe siècle », Études rurales [En ligne], 86 | 1982, mis en ligne le 26 septembre 2003, consulté le 19 février 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/799

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org