Navigation – Plan du site

Hybridation des règles d'accès à l'eau souterraine dans le saiss (Maroc) : entre anarchie et Léviathan ?

Rhoda Fofack, Marcel Kuper et Olivier Petit
p. 127-150

Résumés

Cet article analyse les interactions entre pratiques locales d'accès à l'eau souterraine et politiques publiques. La plaine du Saiss au Maroc dispose d'un système aquifère qui a permis le développement d'une agriculture intensive à travers des puits et des forages privés, soutenu par des politiques agricoles volontaristes. L'Agence de Bassin pour sa part, attire l'attention des différents acteurs sur les fortes baisses du niveau des eaux souterraines. Ce système aquifère se retrouve ainsi au centre de stratégies diverses pour l'accès à l'eau souterraine et la gestion des ressources disponibles. Nous mettons en exergue les processus qui président à la construction des règles d'accès, d'utilisation et de gestion de la nappe. Entre une situation de libre accès et de compétition (anarchie) et une planification totale (Léviathan), nous avançons qu'il faut reconsidérer la place et le rôle attribués à certains acteurs dans la littérature en tenant compte à la fois de l'échelle locale où s'opèrent des processus multiples, souvent informels, pour l'accès à l'eau souterraine ; et de l'échelle régionale où sont mises en œuvre les politiques publiques régissant le développement agricole et la gestion des eaux souterraines. Plutôt qu'un emboîtement, on observe une hybridation des règles d'accès. L'État n'est pas absent de la régulation de cet accès, bien que celui-ci soit privé et atomisé.

Haut de page

Notes de l’auteur

Sociologie de l'environnement, Doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ladyss (Umr 7533), Nanterre, France.

Gestion de l'eau, Chercheur, Cirad (Umr G-Eau). Montpellier, France et Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat, Maroc.

Économie, Maître de Conférences, Université d'Artois, Clersé (Umr 8019 CNRS Lille 1), Arras, France.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Caractérisation des processus d'accès à l'eau souterraine
L'évolution des logiques dans la formulation du projet d'accès à l'eau souterraine
Le creusement des puits et forages :
deux types d'ouvrages,
deux systèmes agraires et hydriques distincts
La quasi exclusivité des puits
La prévalence des forages
L'évolution des techniques d'équipementdes puits et forages
Les règles d'accès à l'eau souterrainedans le Saiss
Acteurs étatiques et stratégies à l'œuvre
L'omniprésence des acteurs étatiques
La rencontre des politiques publiques avec les « règles de terrain »
L'imbrication des mécanismes d'autorisation d'accès à la nappe et des subventions au goutte-à-goutte
Une superposition multiscalaire des formes de procédures
L'aménagement du contrat de nappe et la recherche de consensus
Discussion
L'échelle locale n'est pas suffisante pour caractériser les processus d'action collective (caractère multiscalaire et multi-acteurs)
Une domination du contexte local à nuancer pour le cas marocain ?
Conclusion
Remerciements

Aperçu du texte

DANS LES ÉCONOMIES DU MAGHREB, l'agriculture occupe une place centrale. Au Maroc, elle est, depuis l'indépendance, une priorité nationale et contribue au PIB à hauteur de 15 à 20 %. L'agriculture joue en effet un rôle important en matière de sécurité alimentaire pour plus de 30 millions de marocains, mais elle est aussi une source d'approvisionnement en matières premières pour l'agro-industrie, et constitue un secteur d'emplois stratégique [Banque Mondiale 2012]. Après d'importants investissements hydro-agricoles réalisés après l'indépendance dans la perspective d'atteindre un million d'hectares irrigués, l'âge d'or des investissements publics dans les grands périmètres irrigués a pris fin dans les années 1980 suite aux plans d'ajustement structurel et à l'émergence concomitante d'une économie agricole essentiellement fondée sur les eaux souterraines, à travers une appropriation privée et atomisée de cette ressource par les agriculteurs. Cette transition est le fruit de contraintes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rhoda Fofack, Marcel Kuper et Olivier Petit, « Hybridation des règles d'accès à l'eau souterraine dans le saiss (Maroc) : entre anarchie et Léviathan ? », Études rurales, 196 | 2015, 127-150.

Référence électronique

Rhoda Fofack, Marcel Kuper et Olivier Petit, « Hybridation des règles d'accès à l'eau souterraine dans le saiss (Maroc) : entre anarchie et Léviathan ? », Études rurales [En ligne], 196 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://etudesrurales.revues.org/10427

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Revues.org